Deuxième rencontre des aidants : pourquoi soutenir les aidants (?)

Le lundi 5 décembre 2022 s’est tenue la seconde rencontre des aidants dans les locaux de l’association. Toujours ouverte aux aidants familiaux et professionnels, cette rencontre a permis de nous interroger sur les raisons et les objectif du soutien aux aidants. Vous trouverez ci-dessous le texte introductif de Madame GUIMELCHAIN-BONNET.

La troisième rencontre aura lieu le lundi 06 mars 2023 à 17h30. Entre temps une réunion des familles se déroulera le lundi 06 février 2023 à 18h00. Les thèmes de ces deux prochaines rencontre ne sont pas encore définis. Nous vous en diront davantage dans les courriers d’invitation que vous allez recevoir.

Si vous avez des idées, écrivez nous : direction@associationgerontologie11.fr

Pourquoi soutenir les aidants (?)

 

L’aide apportée par un aidant familial est triple :

1/ l’aidant familial apporte un soutien logistique, au minimum une supervision des différents professionnels qui interviennent auprès de la personne aidée. Pour des raisons financières, certains aidants familiaux sont amenés à occuper une véritable fonction d’auxiliaire de vie auprès de ceux dont ils s’occupent.

2/ l’aidant familial apporte un soutien moral en termes de présence et de réconfort. L’irruption de la maladie et l’incapacité à accomplir un certain nombre d’actes de la vie quotidienne modifie l’équilibre relationnel au sein de la famille et les liens affectifs. Cela peut être très douloureux à vivre et lourd psychologiquement.

3/ l’aidant familial participe parfois aux soins de la personne (toilette, prise des médicaments…) pour des raisons organisationnelles. En effet, à domicile, il ne peut pas y avoir du personnel soignant 24h sur 24. Mais on peut s’interroger sur le bien-fondé de devoir laver son parent ou lui changer sa protection…

 

OR L’AIDANT FAMILIAL N’EST, PAR DÉFINITION, PAS UN AIDANT PROFESSIONNEL.
Il ne sait pas faire malgré l’amour et la bonne volonté.

Il a donc besoin d’être aidé pour aider efficacement son parent.

Les difficultés principales que rencontrent les aidants

Les aidants sont plongés dans une situation à laquelle ils ne sont pas préparés. Il en résulte assez souvent des difficultés pour eux et pour leur famille proche quand ils en ont une, leurs propres enfants surtout s’ils sont jeunes, et leur conjoint. La place de l’emploi est aussi bousculée entre les emplois demandés à temps partiel ou même les emplois suspendus et la poursuite d’une carrière qui se fait en jonglant avec toutes les contraintes.

Les implications psychologiques de la place d’aidant

Occuper la position d’aidant n’est pas simple, non pas seulement à cause des multiples questions matérielles que cela soulève, mais occuper cette position réveille en effet en chacun d’entre nous des images nombreuses, de tonalités affectives très diverses et toutes mêlées. Comment faire le tri, comment accepter ce que l’on juge inacceptable et qui est pourtant bien présent en nous ? Par exemple tous les sentiments négatifs que l’on peut ressentir vis à vis de la personne que l’on va aider…et tant d’autres questions liées aux histoires des uns et des autres et qui ressurgissent à l’occasion de la fragilisation de la personne aidée.

Cela entraîne forcement des remaniements dans la famille, en termes de lieu, de place, de partage de l’espace. Le temps aussi est transformé, le travail salarié pour les actifs. L’intimité n’est plus la même et la présence d’un tiers peut devenir lourde à la longue.

Les familles conservent un rôle d’aidant même quand le malade est hébergé dans un centre de soin.

 

« LE SOIGNANT EST UN AIDEUR D’AIDANT »

Le soignant est le plus proche interlocuteur de l’aidant et c’est donc lui qui repère le premier les difficultés dans lesquelles se débat l’aidant. Par sa présence parfois quotidienne, il est le plus proche de l’aidant et peut se « permettre » de le mettre en garde par rapport à une certaine lassitude voire une fatigue trop grande.
Le soignant est un professionnel qui voit les façons de faire de l’aidant, façons pas toujours bien adaptées. Il est donc le mieux placé pour alerter l’aidant et lui proposer de trouver de l’aide.

 

L’aidant familial n’a pas d’équipe ni de chef de service pour parler des points qui l’embarrassent. Il n’a pas non plus de groupe d’analyse des pratiques professionnelles.
Par contre, il a à sa disposition des groupes de parole, des consultations psychologiques et il faut qu’il utilise ce qui est proposé pour être plus efficace dans son rôle d’aidant sans y « laisser des plumes » !

Michèle Guimelchain-Bonnet

 

6e rencontre des aidants

La 6e rencontre des aidants a eu lieu le 11 décembre 2023 à 17h30. L’assistance était nombreuse et...

La chorale de l’AG 11 au cœur de l’automne

Mercredi 22 novembre 2023, le thermomètre refuse de franchir les 10 degrés celsius dans les rues...

Rentrée de l’atelier chorale

En ce mercredi 11 octobre 2023, soignants, patients, étudiants et aidants se sont donné...

Invitation : 5e rencontre des aidants

La cinquième rencontre des aidants aura lieu le lundi 02 octobre 2023 à 17h30. Le thème sera :...

Rentrée des ateliers 2023-2024

En 2022-2023, nous avons constaté un engouement indéniable pour nos ateliers de prévention. Nul...